Architecture Urbaine

Lieux-dits et cadastre :

C’est le 18 avril 1826, « en l’absence d’acte antérieur », que la délimitation du territoire Noyellois a été décidée par le Maire de l’époque, M. Defrance. Cet acte fut cosigné le 19, par les maires des communes de Courcelles, Esquerchin, Hénin-Liétard, Dourges, Evin-Malmaison, riveraines de Noyelles.

Quand toutes les levées eurent été effectuées, il fut attribué à notre territoire une superficie de 545 ha 19 a et 64 ca (superficie attribuée par le nouveau cadastre).

Pour l’exécution des plans, le territoire de la commune fut partagé en 3 sections : 

  • La section A dite « des marais et des biens communaux » reprenait la partie située au Nord de la rue Gambetta.
     
  • La B, dite « du village », celle allant du Sud de cette même rue au Nord de la RN43.
     
  •   La C dite « du champ Delpierre et du Rietz Trancheux », le reste du territoire situé au Sud de l’ancienne RN43, aujourd’hui connu sous le nom « d’Avenue de la République ».

Routes anciennes :

À partir d’une route Celte passant par Oppy, Beaumont, Courcelles et rejoignant les régions du Nord en trouvant un endroit guéable en direction de Leforest, les Romains créèrent une bifurcation pour rejoindre le vicus de Dourges-Noyelles, créant ainsi la 1ère voie de communication au travers de ce qui allait être notre territoire, devenu aujourd’hui le « Chemin de Quiéry » et son prolongement naturel, la Rue Maurice Thorez.

Par la suite, les Romains allaient redresser cette route depuis Bois Bernard pour arriver à Noyelles-Godault par la Borne des Loups, traverser les marais à l’aide d’un pont sur pilotis et, par Mons-en-Pévèle, arriver à Tournai. C’est lui qui délimite Noyelles d’Hénin où il a gardé son nom de Chemin de Tournai, tandis qu’il est dit « Chemin de Pévélois » par les Noyellois.

Agenda


Jour en cours
Evenement à venir

en un clic

bulletin-municipal compte-rendu a-vos-services mediatheque liens-utiles numeros-utiles zones-eco newsletter
Ma ville en ligne